Renforcez vos défenses immunitaires

En hiver, le nombre et la variété de maladies virales vont croissantes, on constate une recrudescence d’affections gastro-intestinales et d’infections virales et bactériennes.

 

Depuis quelques années, l’état immunitaire général baisse, or le système immunitaire est le meilleur allié du corps humain contre les maladies. C’est lui qui lutte contre les infections courantes.

 

I- Le rôle du système immunitaire (SI) :

Qu’est ce que l’immunité :

C’est la défense de l’organisme contre les agressions d’agents extérieurs (virus, bactéries, parasites) et contre les cellules modifiées de l’organisme (infectées par un virus ou une tumeur).

Les micro-organismes pathogènes (staphylocoques, streptocoques, candidas, virus) profitent de l’affaiblissement du SI pour se multiplier.

Les globules blancs assurent cette défense, ils sont représentés par les lymphocytes T, les lymphocytes B, les natural killer, les macrophages. Ces cellules sont présentes majoritairement dans les organes lymphoïdes la moelle, le thymus, et au niveau de la muqueuse intestinale.

 

L’intestin héberge 80 % de nos défenses, les cellules immunitaires sont déployées le long de la muqueuse, il est considéré aujourd’hui comme notre premier organe immunitaire.

 

Une flore intestinale de bonne qualité et une muqueuse intègre sont des facteurs essentiels pour une bonne immunité.

Différents facteurs dont le déséquilibre de la flore intestinale sont à l’origine d’une hyperperméabilité intestinale ou « leaky gut syndrome ».

 

Ce phénomène entraîne des manifestations à distance telles que des infections à répétition au niveau respiratoire, des problèmes de peau, des troubles de l’humeur, des atteintes articulaires.

 

L’intestin en bonne santé protège de nombreuses infections.

 

II – Les causes d’une baisse immunitaire :

  • La malnutrition : alimentation mal équilibrée en quantité et qualité, consommation excessive de produits alimentaires industriels, adeptes de produits à calories vides ou hypercaloriques.
  • Exposition aux toxines et polluants atmosphériques (tabagisme, métaux lourds…)
  • Recours abusifs aux médicaments (antibiotiques, corticoïdes, anti-inflammatoires…)
  • Le stress (trop de cortisol), le manque de sommeil
  • Un grand stress et c’est une poussée d’herpès, une prise d’antibiotiques et c’est la mycose presque assurée.
  • Nouveau-né : à la naissance le système immunitaire est immature, il lui faut 2 ans pour devenir auto-suffisant.
  • Vieillissement : avec les années, le thymus, indispensable à la différenciation des lymphocytes T s’atrophie, de même les bifidus, bactéries de l’intestin, diminuent avec l’âge, la diminution du nombre de bifides ouvre la porte aux infections.

III – Comment savoir si notre système immunitaire est défaillant

  • Fatigue persistante
  • Infections à répétition (rhume, herpès, infection urinaire)
  • Mauvaise réaction aux vaccins
  • Cicatrisation plus longue

IV – Comment renforcer naturellement les défenses immunitaires de l’organisme

Les Probiotiques

Ce sont des micro-organismes ingérés vivants, capables d’exercer des effets bénéfiques sur l’hôte par action sur l’écosystème intestinal.

  • Ils permettent une meilleure digestion et assimilation des nutriments, ils participent à la synthèse des vitamines du groupe B et vit K,
  • Ils repoussent les germes grâce à un effet barrière,
  • Ils renforcent le système immunitaire en activant les cellules contenues dans la paroi du tube digestif,
  • Ils restaurent une flore normale après altération à la suite de traitement antibiotique par exemple.

 

Des probiotiques efficaces doivent :

  • Etre capables de résister à certaines conditions d’acidité de l’estomac,
  • Adhérer à la muqueuse intestinale pour constituer la « barrière » contre les agressions extérieures,
  • Leur concentration doit être au minimum égale à 3 milliards de bactéries, elles doivent être vivantes et rester stables dans le temps,
  • Etre tolérés par l’organisme,
  • Etre capables de produire des substances antimicrobiennes.

 

Dans le choix du complément à base de probiotiques, il faut s’assurer que les ferments n’ont pas subit de chauffage, auquel cas ils perdent tout ou partie de leurs qualités.

 

Le temps de survie des probiotiques dans l’intestin est variable d’une souche à l’autre. Il dépend de la capacité d’adhésion à la paroi intestinale. Cette adhésion n’est que temporaire, les probiotiques sont éliminés en quelques jours, il est donc nécessaire d’en ingérer régulièrement.

 

Les prébiotiques tels que les Fructo Oligo-Saccharides ont pour rôle de soutenir l’activité et le développement de nos propres bactéries. Ils se présentent sous forme de poudre seuls ou associés aux probiotiques, ils sont alors appelés symbiotiques.

 

Les plantes et Champignons immunostimulantes

- L’échinacée :

Echinacea purpurea, Echinacéa angustifolia, Echinacéa palliada.

 

C’est une plante de la famille des Astéracées, qui était utilisée par les Indiens d’Amérique du Nord en usage externe comme en usage interne contre de nombreuses affections.

 

Des études récentes confirment ses propriétés immunostimulantes dues à la stimulation de l’activité des macrophages grâce aux alkylamides et à l’augmentation du nombre de lymphocytes grâce aux polysaccharides.

Selon les derniers travaux, les 3 groupes de substances (alkylmamides, polysaccharides, acide cichorique) sont nécessaires pour obtenir des effets intéressants et il est important que les compléments soient fabriqués à partir de plantes fraîches. La forme liquide est préférable pour obtenir une action complète.

 

L’échinacée possède aussi des propriétés antivirales et légèrement antibactériennes.

Elle protège contre les infections du système respiratoire et réduisent la durée des symptômes.

Elle s’utilise en cure discontinue de 15 jours par mois chez l’adulte comme chez l’enfant.
Précaution d’emploi :

Personne présentant une maladie évolutive (sclérose en plaque, sida, etc.)

Même si elle est sans danger pour la femme enceinte, elle est déconseillée par mesure de précaution.

 

Contre indication :

Personnes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées.

 

- Les plantes adaptogènes

Il est bien reconnu que le stress et la fatigue affectent le système immunitaire en le déprimant.

Les plantes adaptogènes aussi appelé harmonisantes contiennent des substances qui augmentent la résistance de l’organisme aux agressions aussi bien externes (stress, efforts intenses, fatigue…) qu’internes. Elles combattent la fatigue, augmentent la résistance au stress, et possèdent des propriétés immunostimulantes.

Ce sont les plantes de choix lorsque l’on veut booster ses défenses en période de fatigue physique ou /et intellectuelle, ou en période de stress.

 

- L’Eleuthérocoque :

Eleuthérococcus senticosus aussi appelé Ginseng de Sibérie.

Partie utilisée : racine ou rhizome.

Action sur la fatigue, la résistance au froid, au stress et immonostimulante.

L’élheuthéroside est responsable de son action. On le retrouve sous différents formes galéniques seul ou associé.

 

- Le Ginseng asiatique :

Panax ginseng surnommé en Asie « la racine de vie »

Ginseng blanc et Ginseng rouge sont la même plante, le blanc est séché au soleil, le rouge a subi une fermentation à la vapeur d’eau.

Il concentre ses propriétés dans la racine qui se bonifie avec le temps, plus une plante est âgée (minimum 4 ans) plus elle est riche en principes actifs.

Les ginsénosides sont responsables de l’activité tonique et adaptogène.

En plus de son action sur la fatigue et le stress, il est capable de stimuler une réponse immunitaire en multipliant le nombre de Natural Killer.

Il est conseillé de faire des cures d’un mois au début de l’hiver, ou en période de fatigue et/ou de convalescence.

On le trouve sous forme de teinture mère, de poudre, d’extrait sec, d’extrait fluide.

 

- La Rhodiola :

Rhodiola rosea ou orpin rose

Les racines sont traditionnellement utilisées depuis des siècles en Russie et dans les pays scandinaves pour augmenter l’endurance physique, pour lutter contre la fatigue et contres certaines infections. Elle est immunostimulante.

Elle se prend avant les repas du matin et de midi en cure de 15 à 20 jours par mois.

 

- Le Shiitaké ou lentin du chêne :

Lentinus edodes est un champignon comestible originaire de Chine et du Japon. Il est aujourd’hui cultivé en Bretagne.

Les propriétés immunostimulantes sont attribuées aux polysaccharides, en particulier au lentinane qui agit en synergie avec les autres composants contenus dans ce champignon.
Il est riche également en sels minéraux, oligo-éléments et vitamines du groupe B.Le shiitaké est indiqué dans les convalescences, les périodes de risques infectieux.

 

- Le maïtaké :

Grifola frondosa riche en polysaccharide, en cuivre et sélénium réunit des propriétés immunostimulantes, antivirales et antibactérienne, il agit également comme antioxydant.

 

- La gelée royale :

Riche en nutriments (vitamines du groupe B, A, C), en minéraux, acides aminés essentiels et oligo-éléments, elle renforce les défenses naturelles et aide à lutter contre la fatigue. Elle existe sous plusieurs formes, la meilleure étant la gelée royale pure (à conserver au frais) dont le goût peut en rebuter plus d’un. On la recommande le matin à jeun en cure d’un mois renouvelable pendant la période hivernale pour tout le monde exceptées les personnes allergiques aux produits de la ruche.

 

- L’extrait de pépins de pamplemousse

Cet extrait s’avère être un formidable antiseptique naturel et universel. Il est traditionnellement utilisé pour assainir les voies digestives. Il permet également de favoriser le rétablissement en favorisant le dynamisme de l’organisme. Il contient en outre en quantité abondantes des bioflavonoïdes et de la vitamine C, connus pour leurs propriétés anti-oxydantes. Il peut être pris en prévention pendant un période à risque. Il peut aussi s’ajouter dans un produit nettoyant pour désinfecter une pièce (cabinet médical, chambre de malade, des objets, les mains en appliquant quelques gouttes de produits)

 

- Les macérats concentré de bourgeons

Les plus fidèles pour stimuler l’immunité sont :

  • le cassis, Ribes nigum bourgeon : stimule la cortico-surrénale, active les macrophages.
  • l’églantier, Rosa canina bourgeon : permet la remontée des gamma-globulines s’il est administré longtemps soit entre 3 et 6 mois.

Ils sont particulièrement indiqués chez l’enfant dans la prévention des infections ORL à répétition.

 

- Les Huiles essentielles immunostimulantes

Elles aident à renforcer et à maintenir les défenses naturelles de l’organisme. Elles ont aussi des propriétés anti-virales et anti-infectieuses

Mandravasarotra, Pin sylvestre, Eucalyptus radié, Ravintsara, Niaouli, Tea-tree ou arbre à thé.

On les trouve sous forme de complexe synergique, sous forme de capsules aromatiques.

 

Importance des vitamines des minéraux et des acides gras poly-insaturés de type ω3 et ω6

Ce sont des éléments indispensables à la croissance et au maintien de l’équilibre vital.

Le stress oxydant excessif diminue la résistance et la vitalité de l’organisme.

 

  • Vitamine A : c’est la vitamine anti- infectieuse. Sans vit A, les cellules ne peuvent ni croître, ni se différencier, ce qui freine le renouvellement des tissus et diminue la capacité à s’opposer à l’invasion de virus et bactéries.
  • Vitamine D : c’est la vitamine de l’immunité ; quand il y a un déficit en vit D il y a une diminution de la différentiation des macrophages et des lymphocytes. Les études montrent que 6 mois dans l’année, un taux important de la population (surtout enfants et personnes âgées) est carencé en vit D par manque d’exposition solaire.
    Pour les enfants et personnes âgées, l’huile de foie de morue est intéressante car elle est riche en vit A, vit D et en acides gras poly-insaturés.
  • La vitamine C : elle protège par son action anti-oxydante les membranes des globules blancs, elle augmente leur mobilité et accroît la résistance aux infections. Les bioflavonoides (que l’on ne retrouve pas dans la vit C de synthèse) augmentent la biodisponibilité de la vit C d’où l’intérêt de choisir une vit C naturelle.
  • Les AGPI : acides gras poly-insaturés de type ω3 et ω6 riches en EPA et DHA : ils conditionnent la déformabilité des globules blancs. Les ω3 participent au mécanisme anti-inflammatoire.
  • Le fer : la carence en fer, rare (qui peut toucher le petit enfant ou l’adolescent lors des fortes poussées de croissance, l’adolescente ou la femme qui ont des règles abondantes, la femme enceinte, la végétarienne ou une personne qui à des saignements digestifs non identifiés) est associée à une baisse de l’énergie et des capacités des défenses anti-infectieuses.
    On s’assurera d’un bon statut en fer chez les enfants qui font des infections à répétition.
  • Le zinc : c’est un élément important de l’immunité. Il permet aux globules blancs de proliférer et cela avec l’aide des vitamines B9 et B12.
    Normalement nos défenses sont capables de repousser chaque jour de nombreuses attaques par des agents pathogènes mais une baisse de l’énergie disponible et un manque de vitamines et de minéraux, en particulier zinc et anti-oxydants peuvent perturber ce processus.
  • Les oligoéléments : le cuivre, l’or et l’argent sont les trois oligoéléments qui participent le mieux aux mécanismes naturels de défense.

 

L’homéopathie

Influenzynum, Sérum de yersin, Cœur et foie de canard de barbarie…

 

Du coté alimentation

Privilégier une alimentation variée, dense nutritionnellement. Mettez de la couleur dans votre assiette.

 

  • Fruits et légumes de préférence AB crus ou cuits de saison
  • Huiles vierges 1ère pression à froid : olive et colza pour un rapport bien équilibré en ω6 et ω3.
  • Manger des poissons gras riches en oméga 3.
  • Céréales complètes ou semi-complètes, les céréales raffinées sont des « aliments morts »
  • Les légumineuses : les associations céréales légumineuses (riz-soja-couscous-pois chiches, etc.) pourront remplacer un plat de viande.
  • Les oléagineux : noix, noisettes, amandes
  • Produits laitiers : de préférence chèvre et brebis. Préférer les laits fermentés, riches en souches probiotiques choisies pour stimuler les défenses naturelles,
  • Protéines animales : viande rouge, foie, boudin noir, viande blanche, poissons, œufs sont à consommer 1 fois par jour
  • Eau : 1.5 litre par jour. Chez les personnes ne tolérant pas les produits laitiers, privilégier les eaux riches en calcium, le thé (à boire à distance des repas riches en fer).

 

Activité physique

L’exercice physique a aussi une action directe sur les défenses immunitaires.

Penser également à vous oxygéner et à apprendre à respirer de façon optimale. L’oxygène est un puissant oxydant et destructeur des microbes surtout anaérobies, il stimule les défenses.

 

V – En conclusion

Même si la réussite n’est pas de 100%, une bonne prise en charge nutritionnelle, les plantes, les probiotiques vont augmenter les chances de passer au travers de la grippe et des maux de l’hiver, en particulier pour les personnes qui ont un système immunitaire affaibli.

Le choix des produits sera fonction de l’état immunitaire de l’adulte ou de l’enfant.

Ces produits naturels ne sont pas incompatibles avec le vaccin et les traitements allopathiques mais au contraire complémentaires alors pourquoi s’en passer !!!

 

L’équipe Bio et Nutrition

 

Bibliographie

- Antibiotiques naturels, Dr Jean-Pierre Willem

- La phytothérapie Européenne N° 37, Dr Jean Michel Morel
- Les huiles essentielles, ça marche, Danièle Festy
- Le guide des aliments soigneurs, Dr Jean-Paul Curtay, Dr Rose Razafimbelo

 

Mise en garde

Les informations de ce document ne peuvent en aucun cas être considérées comme un avis médical ou comme des conseils individualisés. En conséquence, nous vous invitons à vous rapprocher de votre médecin ou professionnel de la santé.

 

Copyright Bio-et-Nutrition 2009 © tous droits réservés.